Trucs pour économiser au supermarché

Je ne m’en cache pas (j’en suis même fière), j’ai toujours été un peu gratteuse. J’étais une experte du couponnage bien avant la tendance, j’en accumulais tellement que la gérante de l’épicerie devait déverrouiller la caisse parce que je dépassais les limites permises (ça fonctionnait comme ça dans les années 90 !).

Moi la nulle en math, je calculais mentalement à quelques dollars près ma facture en circulant entre les rayons. Et je me trompais rarement. J’ai continué pendant des années jusqu’à atteindre un certain bien-être financier. Ça aide d’être gratteuse !

Le coût du panier d’épicerie a tellement augmenté, je sais que la bouffe est rendue un casse-tête pour plusieurs. Je pense toujours à cela en créant mes recettes, tentant de vous en offrir des plus économiques et d’autres pour vous faire plaisir. Mais je pense que mes trucs de madame économe pourront vous aider. Les voici donc !

L’équipement d’abord

Je le sais, je vais peut-être vous faire dépenser avant d’économiser, mais c’est parfois un des meilleurs moyens. Si vous avez l’espace, achetez un congélo. La congélation vous permettra de profiter des ventes et de stocker certains aliments pendant quelques mois. Vous avez encore plus d’espace ? Achetez un 2e frigo (pas trop cher et pas trop beau), c’est follement pratique pour une famille. Et ensuite, pour mieux conserver vos denrées, achetez un appareil de mise sous vide.

Vous pourrez ainsi mettre sous vide et congeler des fruits et des légumes d’été que vous savourerez en février et que vous aurez achetés à moindre coût et au pic de leur saveur. Un exemple ? J’achète tous les ans une caisse de poivrons à environ 15 $ que je fais rôtir. Je les mets sous vide et j’en tire environ une dizaine de tasses (250 ml). Le coût d’une tasse de poivrons rôtis au supermarché : 3,49 $.

Je fais la même chose avec le maïs, les petits fruits, les viandes, et j’en passe.

Les dates de péremption

À l’épicerie, sortez votre radar à dates de limite de consommation. Lisez-les toutes ! Certains marchands nous en passent des petites vites, combien de fois achète-t-on en toute confiance un paquet de viande sans regarder la date et qu’il est soit périmé ou encore bon le jour même de l’achat ? On veut alors l’utiliser le lendemain, et il n’est plus propre à la consommation, et comment se plaindre dans un tel cas ? On n’avait qu’à bien lire la date.

Avec certaines méthodes d’emballage, les dates de péremption gagnent en temps. Je fais maintenant toujours mes achats de viande avec mon cellulaire à la main en surveillant le calendrier. Petit truc utile pour planifier l’ordre de mes repas de la semaine, et je vais me souvenir que mon poulet est bon jusqu’au mercredi, par exemple.

Étirez la sauce

Il y a plusieurs moyens de multiplier les portions tout en sustentant les appétits. Un poulet rôti c’est délicieux, mais une famille de 4 en mangera un complet par repas. Par contre, si vous le coupez en plusieurs plus petits morceaux et qui vous faites une recette où vous mêlez vos morceaux de volaille à un tas de légumes, des légumineuses ou des grains et céréales, vous aurez multiplié par magie votre nombre de portions.

Non seulement l’ajout de ces aliments vous permettra de réduire le coût de votre plat, mais ils sont excellents pour la santé, sinon, mieux pour vous !

Les « substituts » protéinés tu adopteras

Je ne suis pas végétarienne, mais nous avons réduit notre consommation de viande pour la planète. Non seulement les légumineuses figurent-elles souvent au menu chez nous, les deux hommes de la maison se sont habitués (vive l’insistance !), mais j’ai aussi introduit le tofu (que l’on n’aimait pas, mais là ça va, il y a de bonnes recettes sur le blogue d’ailleurs), les protéines végétales texturées, et le sans viande. Le tempeh, haaa, non, ça ne passe pas encore. Ça viendra peut-être !

Ces aliments procurent les protéines, dont notre corps à besoin, mais ils sont vraiment moins chers. Et encore une fois : excellents pour la santé ! Autre truc : achetez des légumineuses sèches ! Un sac de légumineuses cuites peut avoir un rendement allant jusqu’à 12 tasses (c’est fou hein ?), à une mini-fraction du prix des légumineuses en conserve.

Au magasin entrepôt, tu iras

Oui, ça vaut la peine. Un exemple ? Un sac de 1 kilo de graines de café me coûte presque le même prix qu’un sac de 500 g au supermarché. J’y vais une fois par mois et j’achète les aliments que je sais être moins chers qu’à l’épicerie. Et c’est là que vous remercierez votre congélo et votre appareil sous vide ! Vous pourrez acheter des aliments en gros, les diviser en portions, les mettre sous vide et les congeler. Oui, il y a une carte de membre à payer, mais ça vaut la peine.

Donc j’achète en plus grosse quantité, et il m’arrive de diviser avec ma fille. Ce que je vous conseille aussi de faire (trouver quelqu'un avec qui partager) si vous avez moins de place ou pas le goût de vous retrouver avec de grosses quantités d’un aliment en particulier.

À l’épicerie, une fois par semaine, pas plus

La pire chose à faire est de s’y rendre le ventre vide. Tout semble si bon, et on repart avec des aliments qui décevront ou dont on n’a pas besoin. Donc, on s’y rend bien repu.

La liste est une bonne idée. Je n’en ai jamais fait, parce que je décide souvent de mon menu sur place et je laisse l’épicerie inspirer mes idées pour le blogue, ne faites pas comme moi ! Je regarde le dépliant en ligne avant de m’y rendre, ainsi, je sais que tel type de tomate est en vente plutôt qu’une autre.

Chaque visite à l’épicerie devient autant de tentations. Il y a toujours ce petit quelque chose qui ferait plaisir au petit dernier, on y achète souvent des denrées que l’on n’aurait pas prises autrement. Donc, une visite bien planifiée, c’est-à-dire après avoir mangé, fait sa liste et regardé le dépliant, c’est bien assez. Et si par malheur il vous manque quelque chose pendant la semaine : changez de menu et apprenez à cuisiner avec ce que vous avez sous la main.

Si vous avez le temps de visiter plus d’un supermarché pour profiter des aubaines, tant mieux pour vous. Mais encore là, restez bien discipliné !

Faites-vous faire plaisir

Dans ma tête, il y a la bouffe de semaine et celle de fin de semaine. Le samedi, on mange plus chic et plus cher. On se fait plaisir. Pourquoi ? Parce que même si j’achète ce poisson que l’on aime, cette pièce de viande plus tendre ou plus chère, ces savoureux crustacés, ce sera tout de même plus abordable qu’une visite au resto ou même qu’une commande à monsieur cot-cot ! Au final, j’ai peut-être dépensé un peu plus à l’épicerie pour mon repas du samedi que celui du lundi, mais bien moins que si découragée de ne jamais nous gâter, j’aurais tout lâché pour courir à mon resto préféré (où je vais tout de même, ça fait du bien de se faire servir).

Osez cuisiner… tout, et diversifié !

Toujours manger la même chose, c’est ennuyant. J’ai lu quelque part qu’en moyenne, les familles canadiennes avaient toujours les cinq mêmes plats devant le nez. Oh boy ! N’ayez pas peur d’essayer de nouveaux plats, de nouvelles saveurs, de nouvelles cuisines. Comme je dis toujours : rien de grave ne peut arriver (à moins de tout brûler).

Apprenez à faire de la pâtisserie, le prix en magasin est vraiment trop élevé. Parcourez lez blogues pour trouver des idées, à commencer par le mien ! Ayez du plaisir à chercher et planifier vos repas. Ce n’est pas une corvée, et ça deviendra un plaisir qui vous fera épargner vos sous. Car savoir cuisiner, c’est de l’argent en banque. Promis !

Anick

Laisser un commentaire

Suivez-moi !

Copyright 2020 . Droits d’auteur 2020. Il me fait plaisir de voir mes recettes partagées entre amis, c'est d'ailleurs mon but. Il y a beaucoup de travail derrière chaque plat, c'est pourquoi je vous demande de respecter mes droits d'auteur. Toute publication de recettes ou de photos se trouvant sur ce blogue est interdite sans mon approbation écrite. Pour obtenir mon approbation aux fins de publication, veuillez me faire parvenir un courriel à : [email protected] Tous droits réservés.